Accrochez des histoires. Suivez nous sur les réseaux

Suivez nous

Soyez informés des dernières photographies publiées

[contact-form-7 id="2101" html_class="default"]

Search

Terres obsidiennes

de Guillaume Noury
Sombre et profonde entre tes mains 
Cette pierre d’obsidienne
Roule. Le soleil se tourne et la nuit vient
Derrière l’opaline, une autre lumière s’éveille
Et sourd s’ouvre
Ce monde qui t’appartient

Texte d'Amélie Samson
Cover terres obsidiennes- guillaume noury- galerie triangle

Réalité bascule, et tout est à l’inverse

Elle vit dans tes souvenirs
Electrise ton pouls
Tu plonges en eaux premières
Descends à la racine et remontes jusqu’au cou
Et quand le sang bat lourd, de tourner tout s’arrête

Ces flots sont le brasier d’un sentiment dual

Retour vers Prométhée comme un élan vital
Noirs et blancs face à face, et au milieu l’infime
Tu écris par la brume, la ligne des récifs
Dans lesquels tu t’abîmes

L’image est un inverse que tu maîtrises jamais

L’allusion se trouble quand l’illusion se crée
Traverse les figurines et panse en implorant
Ces maux qui autrefois te façonnèrent enfant

L’écume brise et reprend

Comme les mots sur la page
Comme la photo sauvage
Un instant vole et rend

Décorez votre intérieur avec des histoires…

Comme Père Castor, racontez à vos proches l'histoire de votre photographie préférée. En prime, la livraison est gratuite !
La cité ocre- mise en situation- Galerie Triangle Choisissez votre photographie coup de cœur

Le photographe
Guillaume Noury

L'univers de Guillaume, atteste d'une grande sensibilité et d'une grande douceur. Ses images, souvent très contrastées et exclusivement en noir et blanc, pour celles que nous présentons, ont une lumière d'une beauté abrupte.
En savoir plus sur Guillaume
Portrait Guillaume Noury- ©Nathalie Champagne- galerie triangle

Les autres séries de
Guillaume Noury

Pendant que la mer monte

Ces visages blancs ... qu’ont-ils fait de leur expression ? Sont-ils attentifs à la course des chevaux ? Ou à la course de la mer répétée inlassablement ?
Un mouvement ondulatoire fait découvrir, en ses plis, des visages ahuris de pâleur, faces de théâtre cohabitant avec des silhouettes furtives.

Texte de Patrice Lumeau
Découvrir la série

les séries des autres photographes de la galerie triangle

Immaqa

Nous sommes début janvier partout sur la planète et l’hiver est déjà bien installé dans l’hémisphère nord. Le monde grouille et s’agite, vend, achète et transporte, à toute vitesse. Mais ici, au Groenland, l’agitation semble lointaine...
Découvrir la série

Là où le temps se fige

Mon premier appareil était un appareil numérique.
Au fur et à mesure de ma pratique je me suis rendue compte que j’avais tendance à salir mes images,
quelque chose me manquait.
Découvrir la série